Fees éloigne les polluants des bébés | Hubsante – Promotion de la santé en Nord Pas de Calais

0

Le projet « Femmes enceintes, environnement et santé » (Fees) vise à réduire l’exposition des bébés à certains polluants environnementaux qui risquent fort d’impacter leur santé à plus ou moins long terme. Pendant la grossesse et les premiers mois, ils sont en effet particulièrement vulnérables à certaines substances cancérigènes, mutagènes, reprotoxiques et autres perturbateurs endocriniens qui se trouvent dans de nombreux produits de consommation courante. Le programme mis sur pied depuis 2011 par le comité régional Nord-Pas-de-Calais de l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (Appa) et l’antenne régionale de la Mutualité française, en cours d’évaluation, a permis de former sur ce sujet 356 professionnels de santé, dont une majorité de sages-femmes, et plus de 280 élèves sages-femmes et étudiants en médecine et en pharmacie. « Ils rencontrent souvent des futures mamans anxieuses, qui sont bombardées d’informations complexes et de conseils parfois contradictoires et se posent des questions », résume Caroline Chambon, chargée ce projet à l’Appa.

Ne pas faire peur

En 2012, les premières formations « test » ont eu lieu auprès de sages-femmes du Hainaut, raconte-t-elle : « Nous avons centré nos messages sur des sujets sur lesquels les mamans peuvent agir » et qui font l’objet d’un consensus scientifique. Avec sa collègue de la Mutualité française, Camille Geay, elles ont conçu un programme qui porte sur l’air intérieur, l’alimentation et les cosmétiques. L’attente de l’arrivée d’un bébé coïncide en effet bien souvent avec l’aménagement d’une chambre qui fait intervenir peinture, matériaux de décoration, nouveaux meubles… autant de produits potentiellement émetteurs de polluants. La volonté de « bien faire » s’étend aussi à l’achat de produits cosmétiques, très nombreux à contenir des produits chimiques indésirables. Quant à l’alimentation, la présence de pesticides, certains types d’emballage et de préparation pose problème. « Il n’est pas question de faire peur, insiste Caroline Chambon, mais, pour chaque information donnée, de proposer une solution, un conseil. »

Le projet Fees s’est développé depuis 2013 dans toute la région Nord-Pas-de-Calais, grâce notamment à un partenariat fort avec les réseaux de périnatalité et les conseils départementaux. Dans le Pas-de-Calais, un partenariat a permis de former toutes les sages-femmes de PMI du département (une trentaine) et de commencer la formation de certaines puéricultrices de PMI.

Des messages simples

Sur l’ensemble du projet, le public s’est élargi, au-delà des sages-femmes, aux puéricultrices, aux infirmières, aux médecins, aux coordinatrices de structures dédiées à la petite enfance… Deux demi-journées ont été ajoutées aux deux d’origine, dont un module complémentaire dédié à la manière de diffuser les connaissances acquises. Pas question en effet de délivrer une avalanche d’informations anxiogènes, de noms compliqués de produits chimiques ou de données scientifiques difficiles à manier, ajoute Carline Chambon, sous peine de paralyser les futurs et jeunes parents qui pourraient se sentir dépassés ou désarmés. Pas question non plus de passer pour un professionnel « militant ». Cette demi-journée supplémentaire permet ainsi de réfléchir au meilleur moment et à aux différentes façons d’aborder ces questions ainsi qu’aux éventuelles limites que pourraient se poser un professionnel face à certaines mamans, en termes de moyens financiers ou de priorité en termes de santé, par exemple.

Pour la coordinatrice du projet à l’Appa, des représentations peuvent, certes, parasiter le discours des professionnels mais cette prévention concerne bien tous les parents quels qu’ils soient. Elle n’est pas accessoire et tous peuvent recevoir les informations à ce sujet. D’autant que certaines solutions pour diminuer l’exposition du fœtus ou du bébé sont peu coûteuses et simples à mettre en œuvre : aérer la chambre, réaliser les travaux le plus en amont de la naissance, laver les fruits et légumes, laver les nouveaux vêtements avant de les porter, utiliser le moins de cosmétiques possible, ne pas faire chauffer des aliments dans des contenants en plastique… Des « victoires faciles » qui valorisent les parents et les incitent à aller plus loin.

Une mine de ressources

Les deux animatrices accompagnent par ailleurs les professionnels formés qui souhaitent ensuite mettre en place des projets de sensibilisation verse les futurs et jeunes parents. Une vaste documentation et de nombreux outils sont également mis à leur disposition sur la partie en accès restreint du site dédié au projet. Au fil des demandes, les animatrices du projet Fees ont conçu des outils variés comme de nouvelles fiches périnatalité pour un réseau local, les « 10 conseils » pour un groupe de sages-femmes et puéricultrices à domicile. Elles ont aussi contribué à la rédaction des messages de prévention environnementale que le conseil départemental du Pas-de-Calais a décidé d’intégrer aux carnets de maternité et carnets de santé qu’il délivre. Une valise « pédagogique » pleine d’emballages de produits de grande consommation est également utilisée auprès du grand public lors de forums ou d’ateliers « Maman, bébé, environnement et santé » organisés par la Mutualité française, avec certaines CPAM ou le réseau périnatalité Pauline. 

Le projet Fees, soutenu par l’ARS Nord-Pas-de-Calais, le conseil régional et la Mutualité française de la région, évolue. Les formations concernent de plus en plus les futurs professionnels en formation initiale et Caroline Chambon évoque la perspective de former également de futurs formateurs… Ou encore des professionnels non plus principalement de la périnatalité mais aussi de la petite enfance, comme les assistantes maternelles. L’équipe de Fees mène par ailleurs un vaste projet d’évaluation de sa démarche auprès de 500 futurs et jeunes parents. Un chantier sur trois ans soutenu par l’Institut national du cancer (Inca).

Géraldine Langlois

Le groupe Santé environnement Artois organise le 8 décembre 2015 à 19h45 au sel du personnel du centre hospitalier d’Arras une conférence sur l’impact des perturbateurs endocriniens pendant la période prénatale et les moyens de s’en protéger. Le Pr Laurent Storme, chef du service de réanimation de la maternité Jeanne-de-Flandre (CHRU de Lille), interviendra ainsi que Caroline Chambon, co-coordinatrice du projet Fees pour l’Appa.

Informations : [email protected]