La santé investit les jeux vidéos en mode sérieux | Hubsante – Promotion de la santé en Nord Pas de Calais

0

Ces « jeux vidéo sérieux » activent les mêmes leviers que les jeux classiques : interactivité, immersion, scénario réaliste, défis à remporter, gain de « points », etc.

Ceux qui sont dédiés aux professionnels de santé les plongent dans des situations de soins et les obligent à prendre des décisions et pratiquer des gestes dans l’intérêt du patient et le respect des règles professionnelles.

Le pionnier en la matière, le jeu multijoueurs américain Pulse, place le médecin, l’infirmière, le directeur d’hôpital ou son comptable, etc. face à l’accueil de patients en urgence. Il a été adapté en Français par la société Interaction healthcare, qui a aussi développé SIMurgences, pour la formation des urgentistes et cardiologues à la prise en charge de l’urgence cardiaque.

La société Genious, de son côté, a développé le jeu EHPAD Panic. Son but : aider les soignants à mieux réagir face à des patients Alzheimer en crise. Plus le bien-être du résident augmente, plus on « gagne »…

Dans le Nord-Pas-de-Calais, l’agence Audace a pris position sur le marché avec son jeu Florence, sorti en 2012, destiné à améliorer et évaluer le savoir-faire et le savoir-être des infirmières lors d’une transfusion sanguine. Un jeu éligible au financement au titre de la formation continue. Il devrait bientôt s’enrichir de modules sur le risque infectieux et sur le circuit du médicament.

« Le marché du serious game santé a passé un cap », constate Didier Quentin, président de l’association Game in, qui réunit les acteurs du jeu vidéo dans le Nord-Pas-de-Calais, et directeur « création » chez CCCP, qui a développé notamment le jeu Ludomédic (un jeu pour enfants qui vise à dédramatiser leur séjour à l’hôpital).

« L’hôpital public a peu d’argent à y consacrer, ajoute-t-il, mais les cliniques commencent à s’y intéresser ainsi que les laboratoires pharmaceutiques ». Un laboratoire a ainsi financé la conception d’un jeu sur la prise en charge de l’AVC, « 4h30 chrono ».