Usage d’Internet pour la santé parmi les 15-30 ans | Hubsante – Promotion de la santé en Hauts-de-France

0

Face à la difficulté de s’adresser aux jeunes sur des comportements de santé qui ont principalement de conséquences à long terme (tabagisme et cancer du poumon, nutrition, sédentarité, consommation d’alcool et maladies cardio-vasculaires…), les acteurs de la prévention ont investi Internet et ses réseaux sociaux que les jeunes utilisent massivement.

Un module spécifique du Baromètre santé 2010 de l’Inpes, composé de questions relatives à l’utilisation d’Internet et à son usage pour des questions liées à la santé, a été posé à un sous-échantillon de 4 592 personnes de 15 à 75 ans, dont 1 052 âgées de 15 à 30 ans.

Les questions portaient sur la fréquence d’utilisation d’Internet, sur le fait d’avoir cherché des informations sur la santé, sur l’impact de ces recherches sur le recours aux soins, sur la crédibilité de l’information trouvée.

Enfin, pour 463 personnes ayant cherché des informations sur la santé sur Internet, une description des thèmes consultés était demandée sous la forme d’une question ouverte. Un regroupement en cinq catégories a été retenu : maladies, actualité médicale et traitements, santé de la mère et de l’enfant, comportements de santé, problèmes de santé ponctuels.

50% des 15-30 ans ont utilisé Internet au cours des douze derniers mois pour chercher des informations ou des conseils sur la santé.

Cette étude a permis de vérifier que la quasi-totalité des 15-30 ans (93 %) sont des internautes, et la moitié d’entre eux ont utilisé Internet au cours des douze derniers mois pour chercher des informations ou des conseils sur la santé.

Globalement en 2010, 45 % des 15-30 ans, et surtout les femmes (57 % contre 40 % des hommes), ont ainsi utilisé Internet pour des questions de santé au cours de l’année, contre 35% pour les 30-75 ans.

Par ailleurs, 15 % des 15-30 ans déclarent un changement dans la façon de s’occuper de leur santé du fait de l’usage d’Internet et 5 % un impact sur la fréquence des consultations, proportions supérieures à celles des 15-75 ans (respectivement 10 % et 3 %).

Près de 80 % des jeunes qui y ont eu recours jugent les informations recueillies sur Internet le plus souvent crédibles. Ceux qui n’y ont pas eu recours expliquent en premier lieu qu’ils se sentent suffisamment informés autrement (75 %) et qu’il vaut mieux aller voir un médecin (74 %), mais aussi qu’ils se méfient des informations sur Internet concernant la santé (67 %).

Genre, statut socio-économique et recours à Internet pour la santé.

La proportion d’internautes recherchant des informations sur la santé augmente avec l’âge dans la catégorie des 15-30 ans, passant de 39 % chez les 15-19 ans à 55 % chez les 26-30 ans. Par ailleurs, parmi les 15-30 ans comme dans l’ensemble de la population, les internautes santé sont en proportion plus nombreux parmi les femmes, et moins nombreux parmi les employés ou les ouvriers. La littérature scientifique semble s’accorder sur ces associations entre genre, statut socio-économique et recours à Internet pour la santé.

Les trois quarts des 15-30 ans qui utilisent Internet pour chercher des informations sur la santé déclarent avoir effectué leurs recherches en lien avec une consultation médicale, 45 % l’ayant fait avant ou après la consultation, probablement dans le but de préparer un recours au soin ou de rechercher des compléments d’information.

Parentalité et comportements de santé en première ligne

Les grands thèmes de santé recherchés sur Internet et cités le plus fréquemment par les internautes de 15-30 ans ont été en 2010 : les maladies en général (45 %) – dont la grippe principalement -, les informations sur la santé de la mère et l’enfant (21 %), les problèmes de santé ponctuels (20 %) et les comportements de santé (19 %). Les 15-30 ans se distinguent des plus âgés par un intérêt particulier pour les questions de santés relatives à la parentalité et aux comportements de santé.

Les résultats présentés sur la crédibilité des informations sur la santé trouvées sur Internet montrent que les démarches visant à aider les internautes à identifier les informations les plus valides, comme la certification et de labellisation de sites, sont à poursuivre et à amplifier.

À titre d’exemple, l’Inpes initie une démarche de type labellisation afin de valoriser les sites qu’il soutient par une sorte de label de qualité prévention-santé.

Des travaux distinguant la nature du recours à internet (sites Internet, réseaux sociaux, forums de discussion…) pourraient très utilement compléter nos résultats.

Au final, il convient de rappeler que le développement d’Internet, en hausse constante depuis deux décennies en France, reste néanmoins relativement bas par rapport aux pays européens d’implantation plus ancienne, tels que les Pays-Bas ou les pays nordiques.

L’utilisation d’Internet pour la diffusion des informations sur la santé n’en est encore qu’à ses débuts et reste une voie très prometteuse pour la promotion de la santé, à condition que l’essor de l’Internet santé s’accompagne d’une poursuite des démarches qualité de labellisation des contenus les plus fiables sur le sujet.

Pour aller plus loin :

Beck F., Richard J.-B., Nguyen-Thanh V., Montagni I., Parizot I., Renahy E., The Use of the Internet as a Health Information Resource among French Young Adults: Results from a Nationally Representative Survey, Journal of Medical Internet Research, 2014 [Epub ahead of print] doi:10.2196/jmir.2934

Beck F., Richard J.-B. (dir.) Les comportements de santé des jeunes : analyse du Baromètre santé 2010, St Denis : 2013, 344 p.